Mémoire ...

Les Derniers Poilus

"Les Derniers Poilus" 14 - 18

Dès la fin des hostilités, des ouvrages de mémoire seront souvent rapidement érigés.
Les artistes, sculpteurs, architectes réalisent des statues, stèles, monuments et allégories : sculptés, moulés, fondus, copiés en de nombreux exemplaires ou pièces uniques. Il arrive que les auteurs soient inconnus suite aux archives perdues ou détruites.

L’importance de ces œuvres de mémoire, toutes émouvantes, sera due, hélas, au nombre de disparus, mais également aux moyens dont disposèrent à l’époque les municipalités, ainsi certaines attendront avant de rendre les honneurs à leurs enfants disparus.

Les représentations de ces ‘Poilus’, ces soldats du front, leurs attitudes: fiers, déterminés, engagés, pensifs, pleins de compassion pour leurs camarades de combats aux noms gravés sur le monument, sont autant de portraits pleins d'émotions.

Les femmes n’ont pas été exclues de ces représentations, elles sont présentes en tant que Mères, Epouses, Sœurs, Mère Patrie, Anges-Consolant-es ! Victoires Ailées, quelques fois accompagnées d’enfants, ou comme pour cette réalisation du lycée Carnot à Paris XVIIè : La Leçon d’Histoire donnée par un Poilu à des écoliers attentifs.

Lorsque nous les observons nos regards se portent sur l’ensemble du monument. Au travers de ces photographies, de mettre l’accent sur la volonté des artistes à nous communiquer leurs émotions.

2008, le 12 mars, le dernier des Poilus Français, Lazare Ponticelli est parti rejoindre ses camarades de combat.


A Paris, le 11 novembre 1920, sous l’Arc de Triomphe, le Soldat inconnu est inhumé.
La Flamme du souvenir sera allumée la première fois le 11 novembre 1923.
Elle est ranimée tous les jours à 18h.
Calendrier
Daniel Pucet    ©